Les 2 omissions de CO2 de la COP21 sur-motivent un projet planétaire de sortie de crise

La première omission de la COP21 sur les émissions de CO2 est déjà largement relégué par les réseaux sociaux sous la houlette d’Elisabeth Laville http://omissions-co2.com/ : il s’agit de dénoncer la manière dont le bilan carbone imputable aux pays est calculé : il ne prend pas en compte le carbone issu de la consommation d’un pays qui s’échappe à l’endroits où les biens consommés sont produits. Une pétition en ligne est déjà fortement médiatisé au sein de laquelle on retrouve de prestigieux signataires.

Je me sens parfaitement en ligne avec cette dénonciation qui ne peut que faire tirer à cette COP que de mauvaises conclusions, mais en terme de pétition je souhaiterais qu’on fasse cause commune avec la seconde omission de CO2 portée notamment par l’association Démographie Responsable, qui, bien qu’étant plus discrète (même si elle est reléguée par Yves Cochet, ancien Ministre français de l’aménagement du territoire et de l’environnement) me semble quasiment plus grave encore : c’est le volet démographique, complètement ignoré des préoccupations de la COP21.

Et pourtant la corrélation est juste évidente entre l’augmentation exponentielle de la population mondiale et l’augmentation de nos émissions mondiales !

Si elle me paraît plus grave, c’est que la majorité des démographes dans le monde s’accordent à penser que nous ne sommes pas encore au pic démographique et que celui-ci aurait lieu vraisemblablement vers 2050 et que nous serions en hypothèse moyenne au moins 9,5 Milliards soit plus d’un tiers de plus qu’aujourd’hui !

Comment peut-on ignorer ce potentiel primordial de pollution à venir : le sujet serait-il tabou, pas sexy ?

C’est bien simple si nous ne nous en préoccupons pas, l’objectif de la COP21 est simplement vain car on n’empêche pas un bateau (en l’occurrence écologique) de s’enfoncer uniquement en éCOPant, mais en tentant tout en même temps de refermer le trou dans sa coque qui n’en finit pas de s’élargir !

Et ce sont là 2 manquements uniquement par rapport au CO2 puisque la COP21 à fait ce choix très réducteur (https://mrmondialisation.org/cowspiracy-the-sustainability-secret/). Je vous laisse imaginer votre future déception lorsque vous vous apercevrez dans peu de temps combien cette immense gesticulation médiatique (désolé pour ceux qui en font business ou pour les bobos hypnotisés par les sensibleries à l’instantanéité sensationnelle et si possible technologisée) nous aura fait accoucher d’un souriceau qu’on prendra soin le moment venu de nous présenter au microscope, pendant que les attentes de notre Monde en matière sociétale sont si multiples, et seront d’autant plus pressantes et autrement plus sérieuses !

Face à ces manquements d’une gravité qui ne tardera malheureusement pas à nous faire violence, voici, ci-après (juste en quelques lignes) un projet planétaire adéquate dont le rayon d’action inclue et dépasse largement la seule problématique CO2.

Celui-ci consiste à mettre en place de la « TVA sociétale », définie par Alain Bazot (le Président de la plus importante association de consommateurs européenne UFC Que Choisir), comme étant une modulation des taux de TVA en fonction de l’intérêt sanitaire et écologique des produits : elle apporterait des dizaines de Milliards de rentrées fiscales supplémentaires (+70 Milliards d’€ rien qu’en France), pour pouvoir :

  1. sortir de la crise environnementale en favorisant une consommation plus sobre (minimiser les impacts environnementaux, remplacer progressivement l’offre actuelle par une offre de meilleure qualité) qui tirera une production plus propre.
  2. sortir de la crise économique en commençant par supprimer l’imposition sur les revenus du travail (en France, pour les classes populaires et moyennes, 40 Milliards d’impôt sur les revenus du travail ne sont pas réinjectés dans notre économie). C’est par ailleurs une idée déjà préconisée par Bill Gates, considérant que de mettre un terme au racket des travailleurs permettrait à nos sociétés de remiser sur la valeur « travail » pour mieux nous affranchir progressivement de la finance spéculative et de ses ravages.
  3. sortir de la crise morale en finançant un Revenu Minimum International de Co-responsabilité Démographique proposable aux populations de la soixantaine de pays dont le RNB/hab est inférieur à $4000 à condition qu’il refreinent leur procréation de façon à ce que nous ne soyons jamais 9,5 Milliards sur cette planète (10 ou 15 pays ayant optés pour la TVA sociétale suffiront puisque ce RMICRD coutera, selon nos estimations entre 150 et 300 Milliards de $ par an). Ce point devrait permettre :

– d’accompagner et accélérer le développement des pays (éradiquer la faim et la grande pauvreté : le moteur de recherche Lilo entre autres initiatives ayant le même objectif…)

– d’absorber le choc démographique annoncé pour 2050 (+2,4 Milliards annoncé) et ses conséquences prévisibles et catastrophiques sur l’environnement, (les projets Internets.org de Facebook et Google Loon en sont le complément pour permettre aux ayants droits de toucher leur indemnité via l’ebanking)

– de réunifier une plus large partie de l’Humanité par une plus grande solidarité Nord/Sud et une coopération autour d’un projet de co-développement qui permettra de mieux faire face ensemble aux problématiques planétaires (gestion des ressources, des flux migratoires, ou encore lutter plus efficacement contre le terrorisme qui progresse sur nos divisions, comme le démontre encore tout récemment l’actualité).

Tout cela pour vous montrer aussi que d’autres « puissances » gravitent maintenant autour de ce projet de société : je n’hésite plus à le signaler car, lorsqu’ il y quelques années  je l’évoquais de façon qui paraissait isolée on me demandait surtout qui y prenait part, qu’on ne prêtait réellement attention au fond, tandis que le temps qu’on perd risque d’être regrettable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>